La basilique et le baptistère

C’est dans cette Basilique Notre-Dame, à Alençon, que furent célébrés le mariage de Louis et Zélie Martin, le baptême de Thérèse et les funérailles de Zélie.

Un peu d’histoire

Zélie est encore scolarisée quand Monsieur Guérin, son père, prend sa retraite et vient habiter avec sa famille la maison de la rue Saint-Blaise à quelques centaines de mètres de la basilique. Elle fréquente donc cette église jusqu’à son mariage avec Louis Martin. La cérémonie y a lieu le 13 juillet 1858 à minuit. Dès lors les nouveaux époux s’en vont habiter à l’horlogerie de Louis située sur la paroisse de Saint Pierre de Montsort.

Il faut attendre 1871 pour voir Louis et Zélie et leurs enfants redevenir paroissiens de Notre-Dame quand ils viennent habiter la maison de la rue Saint-Blaise. Ils fréquentent cette église quotidiennement pour la première messe de la journée à 5h30 du matin. Louis participe aussi à l’adoration nocturne du Saint-Sacrement.

Thérèse est la seule enfant du couple née dans cette paroisse. Elle est donc baptisée en l’église Notre-Dame, le 4 janvier 1873. La chapelle du baptistère est dédiée à Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus depuis sa canonisation en 1925. Le vitrail de Louis Barillet relate cet événement.

Thérèse est venue en famille le dimanche à la grand messe. Une peinture de Céline nous la montre enfant courant seule sous la pluie vers l’église.

C’est dans l’église Notre-Dame que se déroule aussi la messe de funérailles de Zélie en 1877.

Un peu d’architecture

L’édifice en croix latine comporte trois parties : une nef avec bas-côtés de la fin du 15ème  siècle et chapelles du 16ème, un porche monumental du début du 16e et le sanctuaire avec les transepts et l’arrière-chœur reconstruits au milieu du 18ème siècle.

A la fin du Moyen-Age, l’art gothique est dans sa phase flamboyante. Le porche est un modèle du genre, élégant, en « dentelle » de pierre. On peut citer le poète : « L’église est faite de telle sorte que pour mettre le Bon Dieu au plus bel endroit du lieu, il faudrait le mettre à la porte. »

De même les arcs boutants à double volée et les balustrades à la base des toits sont finement décorés.

La voûte ramifiée de la nef a permis de créer d’amples verrières hautes qui sont illustrées de scènes de l’Ancien Testament au Nord et de la Vie de la Vierge au Sud, dans le style Renaissance.